Ces filles-là dénoncent le harcèlement !

Le mardi 11 décembre, des jeunes de secondes – options artistiques et projets littéraire - du lycée de la plaine de Neauphle ont été invités à l'avant-première du spectacle « Ces filles-là » donné par la compagnie théâtrale Adriane, au théâtre de Bel-Ebat à Guyancourt. « Ces filles-là » est une pièce écrite par Evan Placey, dramaturge et scénariste anglo-canadien, ici jouée par les comédiens de la compagnie Adriane, ainsi que par de jeunes adolescentes de 16 ans et plus.

Cette pièce est inspirée d'un fait divers canadien. En 2012, Amanda Todd, une jeune fille de quinze ans, victime de « porn revenge » a mis fin à ses jours.
Rappelons que le « porn revenge » (vengeance porno en français) consiste à publier sur les réseaux sociaux des photos, vidéos intimes de la personne victime de harcèlement.
Evan Placey met en scène une vingtaine de jeunes filles scolarisées dans la prestigieuse institution Sainte-Hélène. Celles-ci sont très unies et se disent amies pour la vie. Leur slogan est « Aux filles de Saint-Hélène ! » . Jusqu'au jour où une photo de la poitrine dénudée de Scarlett se répand comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux. C'est le début de l'enfer pour Scarlett qui sera contrainte de quitter l'établissement.

Dans cette pièce, Evan Placey offre un regard nouveau sur le harcèlement et la discrimination et met en garde sur les dangers des réseaux sociaux. Il y dénonce également les inégalités homme/femme, présentes souvent dès le plus jeune âge. Ainsi, Russel, le responsable de la diffusion des images intimes de Scarlett, est vénéré comme un Dieu et Scarlett est traitée de tous les noms, entre autres péripatéticienne et autres noms de volatiles de mauvais augure que nous vous épargnons ici. Pour autant, elle se bat, affronte seule ses détracteurs et fait figure de féministe. Qui dit avant-première dit échange avec les spectateurs. Les élèves du lycée ont donc eu le privilège de partager leur ressenti avec les professionnels présents. Un échange bénéfique autant pour les lycéens que pour les comédiens.

Abou (Corrections Isabelle Avanthey)